Accueil Actualités « Dans une société qui utilise les enchères au quotidien, l’originalité des travaux de Paul Milgrom et Robert Wilson nous est précieuse »

« Dans une société qui utilise les enchères au quotidien, l’originalité des travaux de Paul Milgrom et Robert Wilson nous est précieuse »

5 minutes de lecture

Tribune. Le 10 décembre, date anniversaire de la mort d’Alfred Nobel (1833-1896), Paul Milgrom et Robert Wilson recevront à Stockholm le prix Nobel d’économie qui leur a été attribué lundi 12 octobre par le jury de la Banque de Suède. L’importance de leur contribution est telle que cette récompense était, sinon attendue, pour le moins fortement souhaitée.

Les travaux des deux économistes américains ont permis de révéler l’ampleur du potentiel pratique de la théorie des enchères. Ils ont conduit à permettre aux enchères, à juste titre, de devenir le principal mécanisme d’attribution des ressources rares. Une enchère, lorsqu’elle est bien conçue, conduit à l’émergence d’un prix en exploitant au mieux l’information détenue par les agents sans qu’elle ne leur soit demandée.

La pertinence de ce prix réside notamment dans l’attribution de l’objet mis en vente à celui ou celle qui le valorise le mieux, autrement dit qui en fera le meilleur usage. Cet objectif est extrêmement important pour une ressource en quantité limitée, ou l’exercice d’un bien public au profit du plus grand nombre.

Malédiction du vainqueur

Au lendemain de l’attribution des fréquences 5G dans plusieurs pays de l’Union européenne, ce prix Nobel prend une résonance toute particulière. C’est à l’invitation de la Commission fédérale des communications (Federal Communications Commission [FCC]), le régulateur américain des télécoms, que Paul Milgrom et Robert Wilson, accompagnés de Preston McAfee et John McMillan, ont développé un format d’enchère spécifique pour l’attribution du premier spectre hertzien radiophonique aux Etats Unis.

Les enchères utilisées au sein du système communautaire européen d’échange de quotas d’émissions pour fixer le prix des émissions de dioxyde de carbone sont aussi un outil important dans la lutte contre le changement climatique

Le défi était de taille, les mécanismes d’enchères développés jusqu’alors ne possédant pas les propriétés pour répondre aux caractéristiques d’un tel marché. Parmi elles, la quantité de licences souhaitées par les opérateurs pour le meilleur développement de leur réseau, qui peut varier fortement d’une région à l’autre. La qualité de leurs travaux a suscité un tel écho qu’ils sont aujourd’hui la source de tous les mécanismes utilisés pour l’attribution du spectre hertzien.

L’une des contributions les plus notables de Paul Milgrom et Robert Wilson est très certainement d’avoir permis une meilleure compréhension des préférences des enchérisseurs, à travers l’information disponible. Si chacun possède une opinion sur la vraie valeur d’un objet mis en vente, celle-ci est susceptible d’évoluer au gré de nouvelles informations, qui pourraient simplement être le partage de l’opinion des uns et des autres.

Il vous reste 49.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Découvrir davantage d'articles

Regardez aussi

La France corrige mieux les inégalités de revenus que beaucoup de ses voisins européens

Comment réduire efficacement les inégalités ? Comment s’assurer que les plus défavorisés n…